Achat d’appartement neuf : deux conseils

Achat d’appartement neuf : deux conseils

La loi a prévu des règles spécifiques en matière d’achat et de vente d’appartements neufs. Ces dispositions ont pour objectif de protéger aussi bien l’acheteur que le vendeur. Vous êtes sur le point d’acheter un appartement neuf ? Voici 2 recommandations. Leur respect contribuera au bon déroulement de la transaction.

Vérifiez la nature du contrat

Vous avez repéré un projet de construction d’appartements neufs à Toulouse et ce fut tout de suite le coup de foudre. Avant de signer devant le notaire, vous devez savoir si vous allez avoir un contrat de vente en l’état futur d’achèvement (Vefa) ou un contrat de vente à terme. Dans le premier cas, vous êtes copropriétaire du sol à compter du jour où le contrat de vente est signé. Vous acquérez le statut de propriétaire de l’appartement au fur et à mesure, plus précisément, au fil de la progression de la construction. Dans la seconde option, vous êtes reconnu propriétaire qu’une fois que les travaux de constructions sont exécutés. Le prix de l’appartement est versé sur un compte au moment de la signature du contrat. Cependant, le promoteur ne peut l’encaisser qu’après l’achèvement de l’immeuble et l’appartement. Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un expert immobilier du CNE à Toulouse.

Vérifiez la présence de frais supplémentaires et de vices administratifs

Demandez au propriétaire si des charges supplémentaires sont à prévoir dans le cadre de la gestion en copropriété. Par ailleurs, sachez que chaque copropriétaire paie des charges de copropriété. Le montant que vous aurez à décaisser est proportionnel au nombre de tantièmes que vous possédez. Il est parfois possible de faire une estimation de ce montant. Mais surtout, en plus de la problématique financière induite par la copropriété, informez-vous sur le montant des taxes locales, dont vous aurez à vous acquitter. En outre, veillez à ce que le promoteur ou le constructeur joue la carte de la transparence. On parle souvent des vices cachés, mais il existe également les vices administratifs. Par exemple, demandez le permis de construire de l’acheteur. Les vices administratifs peuvent entraîner la démolition de tout le bâtiment. Vous devez donc être particulièrement vigilent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *